News

Evaluation de la situation des marchés mondiaux en mars 2020

23.03.2020

Vous trouverez ci-après une évaluation de la situation de marché actuelle et de son impact sur les différentes classes d’actifs et les groupes de placement de la Fondation d’investissement Avadis.

 

Contexte actuel du marché

Les perspectives de l'économie mondiale ont brusquement changé au cours des dernières semaines. Au début de l'année, diverses études montraient que l'économie mondiale s'améliorait. L'apaisement des tensions commerciales internationales faisait naître l'espoir d'une reprise progressive de l'activité économique. La propagation mondiale du coronavirus et les mesures nécessaires pour contenir la pandémie ont brusquement interrompu cette évolution positive.

En Chine, l'activité économique dans une grande partie du pays a fortement chuté dès janvier. Depuis la mi-février, le virus se propage rapidement dans le monde entier. Les restrictions à la mobilité de la population, les interruptions de la production, les perturbations des chaînes d'approvisionnement et la consommation limitée des ménages auront un impact majeur sur l'activité économique dans tous les pays touchés. 

Les mesures gouvernementales visant à contenir la propagation de Covid-19 ont entraîné de profondes réductions des activités économiques et de la vie publique. Le 16 mars 2020, une urgence sanitaire a été déclarée dans toute la Suisse dans le cadre de la loi sur les épidémies. L'économie suisse est actuellement en état d'urgence et le Conseil fédéral a déjà débloqué plus de 40 milliards de francs d'aide d'urgence pour amortir les conséquences économiques. 

 

Obligations et devises

Sur les marchés des capitaux, les rendements des obligations de la Confédération ont atteint de nouveaux planchers, tandis qu'un retrait massif des investissements à risque a commencé (« flight to quality »). 

Les perspectives économiques sombres ont poussé la Réserve fédérale américaine (FED) à réduire ses taux d'intérêt de 150 points de base pour le seul mois de mars. Ces derniers jours, les banques centrales ont également mis en œuvre des mesures coordonnées pour soutenir la liquidité.

La forte hausse de l'aversion au risque a entraîné un élargissement significatif des spreads de crédit pour les obligations d'entreprises et la dette des marchés émergents. Compte tenu de l’importante augmentation concommitente des spreads entre les cours acheteurs et vendeurs, il va être particulièrement difficile pour les gestionnaires actifs de battre leurs indices de référence. Avadis suit de très près l'évolution des performances des groupes de placement concernés et est en contact étroit avec les gestionnaires d'actifs mandatés.

 

Sur les marchés des changes, l'aversion accrue des investisseurs pour le risque a entraîné une fuite vers des valeurs refuges − comme le franc suisse ou le yen japonais − tandis que les devises des marchés émergents ont été durement touchées. La livre sterling s'est également fortement affaiblie, atteignant de nouveaux plus bas historiques à moins de 1.15 CHF.

 

Actions

Les marchés boursiers du monde entier ont subi un effondrement massif. Les secteurs les moins bien notés et les plus sensibles aux cycles économiques − comme les actions des marchés émergents et les petites capitalisations − ont été les plus touchés. De plus, il y a une nette préférence pour les secteurs défensifs tels que l'alimentation ou les soins de santé. Les fluctuations des prix ont atteint un niveau que l'on n'avait plus vu depuis la crise financière de 2008. 

Dans le cas des groupes de placement indiciels, la forte augmentation de la volatilité devrait entraîner une certaine augmentation du Tracking error. Lors de la crise financière, celui-ci avait également augmenté, atteignant par exemple 0,2 % pour les actions internationales. Toutefois, les limites prescrites par les directives d'investissement avaient toujours été respectées.

Dans les semaines à venir, les économistes et les analystes vont probablement réviser à la baisse leurs estimations de croissance et de bénéfices, de manière parfois substantielle. Il reste à voir comment les marchés vont réagir à cela et il est possible que certaines de ces informations aient déjà été anticipées. La forte vague de vente sur les marchés des actions a été largement alimentée par la panique et la peur. Si les investisseurs adoptent une attitude plus prudente et plus constructive, l'apport coordonné de liquidités par les banques centrales dans les marchés pourrait atteindre son objectif.

 

Private Equity

Dans l'ensemble, le bilan des investissements en Private equity est mitigé. La collecte de fonds, les volumes de transactions et de sorties varient d'une région à l'autre. L'environnement reste difficile pour la classe d’actifs en 2020. Si les prix des transactions devraient rester élevés, les introductions en bourse pourraient rencontrer des difficultés si l'incertitude actuelle des marchés persiste. En raison du décalage des impacts dans les évaluations, les effets de la crise du coronavirus ne seront pas visibles dans les valorisations avant l'automne.

 

Immobilier suisse

Le marché des surfaces de bureaux reflète le haut niveau d’incertitude quant à l'évolution future de la demande de locaux. Celle-ci s'est presque complètement arrêtée. L'avenir nous dira s'il s'agit d'un phénomène passager ou d'un recul à plus long terme. Une pression plus forte encore s'exerce sur le commerce de détail ainsi que sur l'industrie de la restauration et de l'hôtellerie, qui souffrent de baisses de chiffre d’affaires parfois dramatiques. Pour certaines entreprises de ces secteurs, la situation actuelle menace leur existence et il faut s'attendre à des faillites et à des pertes de loyers élevées. Le marché de la location résidentielle reste relativement stable, même si les activités de location sont de plus en plus difficiles en raison de l'état d'urgence. En outre, le taux d'intérêt de référence est tombé à un niveau de 1,25 % en mars. 

Les portefeuilles de la Fondation d'investissement Avadis sont stratégiquement bien positionnés pour faire face à ces défis majeurs. Ces dernières années, la qualité des portefeuilles a été améliorée et l'exposition aux risques dans le secteur de l'immobilier commercial a été réduite. Les groupes de placement n'ont aucune dette portant intérêt. 

Dans l'environnement de marché actuel, il est essentiel de mettre en œuvre une stratégie cohérente au niveau de chaque objet. La situation financière solide des groupes d'investissement leur offre également la possibilité de saisir d’éventuelles opportunités dans le marché. L'environnement des taux d'intérêt et du marché des capitaux devrait continuer à avoir un impact positif sur la performance des portefeuilles. Toutefois, les perspectives concernant les loyers et le marché du travail pourront atténuer cet effet.

 

Perspectives

Pour le moment, les conséquences incertaines de la pandémie de coronavirus sur l'économie mondiale pèsent lourdement sur les marchés financiers. Le premier semestre de l'année devrait être marqué par des difficultés économiques importantes. La rapidité avec laquelle l'économie mondiale se redressera dépendra de l'effet combiné des mesures sanitaires et de politique budgétaire et monétaire.

 

Comment les investisseurs devraient-ils se comporter dans cet environnement ? 

Il faut tout d’abord rappeler que le « market timing » − c'est-à-dire l'achat au plus bas et la vente au plus haut − n'a jamais été réalisé de manière durable par quiconque. Les portefeuilles diversifiés, composés de différentes classes d'actifs, permettent de neutraliser les distorsions du marché. La nervosité, la peur et la panique ne sont pas de bons conseillers en investissement. Il est plus important de mettre en œuvre une stratégie d'investissement  adaptée à sa propre capacité à prendre des risques. Un mécanisme de rééquilibrage systématique et discipliné de l’allocation d’actifs permet le respect de la stratégie d'investissement. Indirectement, cette approche conduit à prendre des bénéfices lorsque les marchés boursiers montent, de sorte que la quote-part d’actions reste au niveau défini par l’allocation stratégique. L'inverse se produit lorsque les marchés baissent.

Notre conclusion est que nous sommes convaincus qu'une approche à long terme, conservatrice et durable, telle que nous la proposons depuis plus de 20 ans, fera également ses preuves durant cette crise et nous nous efforçons de tirer profit des opportunités et des chances que ces turbulences entraînent.